www.gipsverband.de
Marian Schneider


Marian Schneider avec d'une botte plâtrée et des bequilles Aujourd'hui une fracture ce n'est pas une problème - on pense. Les extrémités affectées sont mis dans le plâtre, et le foyer de fracture se soude. Aussi Marian Schneider, une employé de commerce de Bochum, Allemagne, ne se fait pas de soucis, quand elle a cassé sa cheville en skiant en Swiss. "Six semaines dans le plâtre et ša ira", elle pense.

Avec une botte plâtrée et des bequilles elle est retourée en Allemagne. Mais quand le médecin a ôté l'appareil quatre semaines après, la jeunne femme regarde sa expression du visage et sent que ša ne va pas: Le foyer de fracture ne se soude pas.

Mais il n'a pas été nécessaire de opérer Marian Schneider. On a fait usage de la thérapie avec des ondes de choc. A ceci des ondes énergétiques sont dirigées exactement vers le foyer de fracture pour stimuler l'ossification.

Déjà une semaine après on peut voir le premier effet sur la radiographie, et quatre semaines après le foyer s'est fermé. Ensuite elle doit porter un appareil de marche deux semaines.

La jeune femme se réjouit de faire du ski en hiver prochain. "Même si je me casse un os encore une fois", elle dit heureusement, "la médecine moderne guérira aussi des fractures difficultes."